Les hirondelles sont de retour !

Elles reviennent nicher sur la commune après un long voyage. Elles nous apportent le goût du printemps.

Nous pouvons observer à Samois deux espèces différentes : l’hirondelle rustique et l’hirondelle de fenêtre

L’hirondelle rustique à la gorge couleur brique. Elle préfère construire un nid ouvert  qu’elle accroche à un poutre dans une grange. Elle fréquente plutôt la périphérie de la commune. C’est une espèce à préférence rurale.

L’hirondelle de fenêtre a la gorge blanche. Elle colonise plutôt des dessous de toit du centre de la commune avec des nids n’ayant qu’un petit trou d’accès. On la rencontre dans les villes.

Les hirondelles se nourrissent exclusivement d’insectes qu’elles attrapent en volant. Ainsi selon la pression atmosphérique on les voit chasser haut dans le ciel ou au contraire bas. Elles nous avertissent du temps qu’il va faire aussi bien que les grenouilles.

L’usage des pesticides pour détruire les insectes a fortement détruit les hirondelles. Dans les années 90 j’en avais une vingtaine de couples dans mon jardin, aujourd’hui quand j’en ai seulement 6 je me réjouis. La Ligue pour la Protection des Oiseaux détaille ci -dessous les menaces qui pèsent sur les hirondelles.

  • Les pesticides directs : leur impact nocif sur l’environnement n’est plus à prouver. Leur utilisation détruit notamment toute présence d’insectes volants.
  • Les pesticides indirects : lorsque les hirondelles ingèrent des insectes contaminés, elles stockent dans leurs graisses tous les polluants qui agissent comme de véritables bombes à retardement lors de la migration (période pendant laquelle les graisses sont majoritairement utilisées).
  • La suppression des haies : le remembrement des parcelles agricoles entraîne l’arrachage de nombreuses haies, véritables réservoirs d’insectes, privant ainsi les oiseaux dans leur ensemble de ressource alimentaire.
  • La raréfaction des sites de nidification : les surfaces des constructions modernes souvent à base d’acier, de verre et de béton, sont trop lisses et ne permettent pas aux hirondelles d’y installer leur nid de boue. De plus, de nombreuses ouvertures dans les anciennes granges, greniers et autres hangars sont condamnées et privent d’accès les oiseaux. L’absence de points d’eau (telles que les mares autrefois présentes dans chaque ferme) est également un frein à la construction des nids.
  • La destruction volontaire : une des très fortes menaces concerne la destruction volontaire des nids par les particuliers suite aux salissures sur les façades. Les dégâts sont d’autant plus importants que les hirondelles réutilisent le nid de l’année précédente pour leur nichée. Il est important de rappeler que les hirondelles sont intégralement protégées par la loi (article L411-1 du code de l’environnement) et leur atteinte est également punie (article L415-3) par une amende pouvant aller jusqu’à 15 000€ et/ou un an de prison.

Vous pouvez aider les hirondelles en installant des nids artificiels, elles les acceptent volontiers en particulier les hirondelles de fenêtre. Vous pouvez aussi leur donner des tas de boue ce qui constitue la matière première de leur construction. Elles ont également besoin d’eau. 

Il est vrai que sous un nid d’hirondelles pas mal de déjections s’accumulent au fil des nichées (deux à trois par saison de nidification). On peut s’en réjouir et utiliser ce cadeau comme engrais. On peut aussi prendre des précautions pour ne pas laisser n’importe quoi au mauvais endroit.

Enfin n’oubliez pas que toutes les hirondelles sont protégées et que la destruction de leur nid quand elles sont en visite chez nous est interdite par la loi. Accueillir chez vous des hirondelles est un excellent moyen de ne pas avoir de moustiques !